lundi, 19.02.18 to mardi, 20.02.18 - Dakar, Sénégal

La Nouvelle géopolitique des opérations de paix III: Défis de sécurité « non traditionnelle »; Opérations de paix et le Défi du crime organisé

La "Nouvelle Géopolitique des opérations de Paix III" a eu lieu à Dakar. Ce fût une coopération entre la FES-PSCC et SIPRI.

Photo: Les organisateurs de la conférence pendant la Nouvelle Géopolitique des Opérations de Paix III

Photo: Participants à la nouvelle géopolitique des opérations de paix III

Dans le cadre de la série de dialogues "La Nouvelle Géopolitique des opérations de Paix III" (NGP III), une conférence sur le thème « Défis de sécurité non traditionnelle, opérations de Paix et défis du crime organisé » s'est tenue à Dakar les 19 et 20 février 2018 à l'Hôtel Ndiambour. La NGP III est le projet de suivi de « La Nouvelle Géopolitique des opérations de Paix I & II ». Les principales conclusions des deux NGP I & II ont montré que le succès des futures opérations de paix semble être étroitement lié à la capacité de répondre efficacement aux défis de la sécurité non traditionnelle. C'est l'une des raisons pour lesquelles cette troisième série de réunions de dialogues est spécifiquement axée sur ce sujet.

La conférence a été organisée avec la coopération de l'Institut International de Recherche sur la Paix de Stockholm (SIPRI), qui a mis en exergue la coopération de longue date entre les deux organisations. L'objectif de cette conférence a été d'améliorer la compréhension des opérations de maintien de la paix des Nations Unies et d'autres organisations, ainsi que des initiatives de sécurité non traditionnelle. Elle a cherché à identifier les diverses perceptions, positions et intérêts des parties prenantes concernées et à définir l'espace politique pour le rôle potentiel des opérations de paix (ce qui peut et ne peut pas être fait) par rapport aux questions de sécurité non traditionnelle. Cela vient également soutenir et compléter la FES PSCC dans sa recherche de sécurité inclusive en Afrique de l'Ouest et dans la zone sahélo-saharienne, des espaces où les groupes djihadistes et les réseaux multiformes de trafic illicite sont liés au crime organisé transnational. La série de réunions de dialogues, auxquelles appartient cette conférence, comprend des sujets tels que le terrorisme et la criminalité organisée et constituera un rapport final avec des recommandations qui seront présentées à l'ONU et à d'autres organisations à un stade ultérieur.

La conférence de Dakar a réuni des experts internationaux provenant de différentes organisations et missions, notamment l'ONU, l'UA, l'OTAN et l'UE, ainsi que des missions de l'ONU au Mali, au Kosovo et en Haïti. En outre, des représentants de la société civile et des universitaires étaient présents. Au cours des deux jours, diverses questions ont été abordées, notamment :

  • Les défis auxquels les opérations de paix sont confrontées par rapport au crime organisé et les actions entreprises par différents acteurs ;
  • Les implications des opérations de paix qui entreprennent des activités pour prévenir et combattre le crime organisé ;
  • Les leçons tirées des activités de prévention et de lutte contre le crime organisé et les défis et opportunités de coopération-coordination au sein et entre les opérations de paix;
  • Les perspectives d'autres acteurs et les défis et opportunités de coopération et de coordination avec les opérations de paix ;
  • Les implications du lien entre le crime et la terreur ;

Parmi les principales questions soulevées au cours de la conférence, figure l'incapacité de créer des mandats appropriés avec des instructions bien préparées pour lutter contre le crime organisé ainsi que la difficulté de comprendre le crime organisé dans son ensemble et non pas seulement du point de vue superficiel et policier. En outre, le manque de coopération appropriée avec d'autres organisations et partenaires locaux a été discuté ainsi que la question du partage de l'information. En plus de cela, les faibles renseignements au sein de l'ONU et le manque de fonds pour l'acquisition de l’information appropriée dans certaines missions ont été soulevés comme des problèmes qui ont compromis la coopération. Les mandats à court terme ont également été considérés comme problématiques. De nombreux participants sont d'accord sur le fait que pour lutter activement contre le crime organisé, une approche holistique et 3D (Diplomatie, Défense, Développement) est nécessaire, ce qui nécessite une approche à long terme plutôt que des mandats d'un an. La fluidité des rôles au sein des gouvernements locaux et la proximité parfois perçue entre les hautes personnalités politiques et les criminels d'élite ont été, dans certains cas, considérées comme l'un des principaux problèmes qui compliquent davantage la situation.

Dans l'ensemble, il a été fait référence à la région sahélo-saharienne en tant qu'espace idéal pour tout type de trafic en raison des racines commerciales centenaires. Pour cette raison, une attention particulière a été accordée à cette zone, mais d'autres régions d'Afrique subsaharienne aussi bien d'Amérique latine et d'Europe de l'Est ont également été examinées.

Friedrich-Ebert-Stiftung
Paix et Sécurité Centre de Compétence Afrique Subsaharienne

P.O. Box 15 416
Point E, boulevard de l’Est villa n°30
Dakar - Fann

+221 33 859 20 02

info(at)fes-pscc.org
www.fes-pscc.org

Vers le haut