mercredi, 29.05.19 to vendredi, 31.05.19 - Dakar, Senegal

Atelier national du Sénégal du programme « Femme, Jeunes, Défense et Sécurité »

La Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS), démontre à suffisance que le domaine de la sécurité ne se limite pas à l’action des forces de défense et de sécurité, elle doit également tenir compte des aspirations de la population et de la sécurité des individus dans la mesure où la sécurité est devenue globale. En effet, celle-ci a évolué vers la sécurité humaine qui appelle l’implication de tous, en particulier des agents de changement que sont les femmes et les jeunes. Or, il existe une fracture entre les forces de défense et de sécurité (FDS), les femmes et les jeunes. Elle se caractérise par des relations empreintes de méfiance ou quasiment inexistantes. Cependant, la nature globale et multidimensionnelle des menaces actuelles impose à tous un changement de paradigme orienté vers la recherche de synergie, de rapport de confiance et de collaboration entre ces différents acteurs de la société.

Photo de famille / FES PSCC

Groupe de travail / FES PSCC

Afin d’approfondir ces questions et aboutir à des pistes de solution, le Centre de Compétences Paix et Sécurité Afrique Subsaharienne de la Friedrich Ebert Stiftung (FES PSCC) en partenariat avec le Centre des Hautes Etudes de Défense et de Sécurité (CHEDS), a organisé un atelier national sur le thème « Femmes, Jeunes, Défense et Sécurité », du Mercredi 29 au vendredi 31 mai 2019, à l’Hôtel Al Afifa de Dakar.

L’objectif principal de cet atelier national était de contribuer à réduire les fractures entre les femmes, les jeunes et les FDS pour construire la paix et la sécurité en Afrique à travers la formation. Il est prévu de construire et / ou consolider de nouvelles synergies favorisant la compréhension et la confiance mutuelle entre ces trois acteurs de la société. Cette activité, avec un volet formation verra la participation des FDS, des membres de réseaux et organisations de femmes et de jeunes et d’experts en sécurité dans le but d’avoir un effet démultiplicateur. A noter que cet atelier sera repris au Mali puis en Côte d’Ivoire.

Au cours de l’atelier les intervenants ont abordé plusieurs thématiques axées, entre autres, sur les voies et moyens pour aboutir à l’acquisition de nouvelles connaissances et de créer de meilleures relations entre FDS, femmes et jeunes d’une part. Ils se sont livrés à une série d’exercices d’application et d’échange pour une meilleur appropriation des thématiques abordées.

Les jeunes et les femmes sont des acteurs incontournables dans la prévention les conflits armés, l’extrémisme violent, la criminalité organisée. De cette manière ils contribuent, aux côtés des Forces de Défense et de Sécurité, à la défense et à la sécurité pour la stabilité, le développement et le « vivre ensemble dans la paix » en Afrique. Pris isolément, aucun de ces acteurs n’est en mesure de faire face, de manière satisfaisante et durable, aux défis et menaces sécuritaires hybrides et juxtaposés que l’Afrique rencontre. Il est nécessaire que ces acteurs se rapprochent par la communication, pour restaurer le lien confiance nécessaire au vivre ensemble et à la collaboration. Par conséquent, lors de cet atelier, un accent particulier a été mis des thématiques essentiels pour une bonne relation entre FDS, femmes et jeunes. Parmi les thèmes abordés figurent celui des concepts de défense, de sécurité et de genre, les enjeux et perspective des relations de confiance entre FDS et populations civiles, le système de collaboration optimale entre FDS, femmes et jeunes, les stratégie et méthodes pour une meilleure communication entre ces acteurs, etc.

Les participants ont élaboré des recommandations sur les voies et moyens d’aboutir à la construction de relations la confiance entre FDS, femmes, et jeunes. Les discussions approfondies ainsi que les échanges d’expériences et de points de vue qui ont suivi les présentations des intervenants ont permis d’identifier les principaux défis et les approches à adopter pour la confiance et la collaboration entre FDS, femmes et jeunes afin que chaque acteur joue son rôle.

Les recommandations des différents groupes de participant avaient en commun les exigences ci-après :

  • L’ouverture des FDS, des femmes et des jeunes au dialogue ;
  • Le renforcement des capacités ;
  • La création d’un cadre inclusif d’échange.

Le prochain atelier national se tiendra au Mali en juin 2019. Le même modèle sera reproduit.

Friedrich-Ebert-Stiftung
Paix et Sécurité Centre de Compétence Afrique Subsaharienne

P.O. Box 15 416
Point E, boulevard de l’Est villa n°30
Dakar - Fann

+221 33 859 20 02

info(at)fes-pscc.org
www.fes-pscc.org

Vers le haut