jeudi, 18.07.19 to vendredi, 19.07.19 - Dakar, Sénégal

Atelier des experts pour la Conceptualisation de la Plateforme Régionale des Femmes en Réforme et Gouvernance du Secteur de la Sécurité

Les 18 et 19 juillet 2019 le Bureau Paix et Sécurité Centre de Compétence Afrique Subsaharienne de la Friedrich Ebert Stiftung (FES PSCC) a organisé un atelier des experts pour la conceptualisation de la Plateforme Régionale des Femmes sur la Réforme et la Gouvernance du Secteur de la Sécurité. L'atelier a réuni huit (8) expertes en genre, réforme et gouvernance du secteur de la sécurité. Afin d'enrichir les débats et de partager l'expérience des uns et des autres dans le domaine, les participantes sont venues d'organisations de la société civile, de plateformes régionales et de groupes de réflexion telles que le Women Peace and Security Institute du KAIPTC et WANEP. Une représentante des Nations Unies a également participé à cet atelier. Au niveau national, les participantes sont venues du Mali, du Nigeria et du Cameroun (pays concernés par le projet) et du Sénégal.

Participants

Participants à l’atelier des experts de la gauche vers la droite: Adji Khadijatou Ndiaye, Khady Bâ Faye, Sylvie Ndongmo, Queeneth Tawo, Adelaide Otto, Aïssatou Fall, Ornella Moderan, Ourèye Fall. Derrière: Holger Grimm, Rémy Arsène Dioussé, Bertha Ogbimi.

Malgré le fait que l’inclusion des perspectives des femmes, leur participation effective, la prise en compte de leur spécificité et des aspects liés au genre sont bien inscrits dans les cadres juridiques et stratégies existantes de l’Union Africaine (AU) et de la CEDEAO pour ce qui est de la Réforme et de la gouvernance du secteur de la sécurité, force est de constater que l’application de ces principes reste un défi à relever au niveau national, malgré la volonté politique de certains états et les efforts de plaidoyer de certaines organisations de la société civile dans ce sens.

D’où l’idée du Bureau FES PSCC, de mettre en place une Plateforme Régionale des Femmes sur la Réforme et la Gouvernance du Secteur de la Sécurité dans le cadre de son projet « Sécurité pour Tous », co-financé par l’Union Européenne et qui coure de 2019 à 2021. Ce projet vise à promouvoir une sécurité inclusive et une gouvernance démocratique par la participation des organisations de la société civile au Mali, au Nigeria, au Cameroun et dans l’ensemble de l’espace de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

L’objectif de la Plateforme sera de contribuer aux actions et aux institutions qui garantissent que les services de sécurité soient plus responsables, mieux adaptés et plus équitables aux besoins des femmes en matière de paix et de sécurité (aux niveaux local, national et régional). Elle permettra de fournir un espace d'échange, de réflexion et d'apprentissage pour apporter de nouvelles idées afin d'encourager un dialogue et une coopération durable pour le contrôle démocratique et la réforme du secteur de la sécurité, d’analyser conjointement les lacunes d’une intégration des femmes en matière de RSS/G en vue d’une meilleure participation de cette catégorie conformément aux cadres juridiques existants et de créer une alliance de lobbying pour le changement politique au niveau national (Cameroun, Mali, Nigeria) ainsi qu'au niveau régional.

Afin d’entamer le processus de mise en œuvre de la Plateforme Régionale, FES PSCC s’est engagé dans un processus participatif pour recueillir les avis d’experts sur la thématique en organisant une réunion d’experts. L’objectif d’un tel atelier est de fournir un espace de discussions pour réfléchir et échanger sur le contenu, la forme, les objectifs, les mécanismes et les stratégies opérationnelles de la Plateforme régionale des femmes pour la réforme du secteur de la sécurité et la gouvernance et de préparer la conférence régionale de lancement de ladite Plateforme prévue en Novembre 2019.

Sous la modération de Mme Aissatou FALL, experte en genre et réforme du secteur de la sécurité et consultante associée à FES PSCC pour la mise en place de la Plateforme, les discussions étaient principalement axées entre autres sur :

  • La détermination des principaux axes sur lesquels la Plateforme devrait se positionner après une appréciation globale des défis en matière de Femmes-Genre-Réforme et Gouvernance du Secteur de la sécurité de manière générale et en particulier sur le Cameroun, le Mali et le Nigeria.
  • La stratégie de positionnement de la plateforme. Ce qui a permis de faire un rappel des cadres normatifs des NU, de l’UA et de la CEDEAO pour ce qui est de la prise en compte des perspectives liés aux femmes, au genre, la réforme et la gouvernance du secteur de la sécurité pour trouver une stratégie de positionnement et de partnership optimaux de la plateforme régionale.
  • Une compréhension détaillée de la plateforme régionale, de ses objectifs et de ses méthodes de fonctionnement.
  • Quelques leçons des plateformes régionales existantes. Les experts ayant échangé sur des leçons apprises sur le fonctionnement d’autres plateformes dont la plateforme régionale pourrait s’inspirer.
  • Les critères d’adhésion à la plateforme et les différentes thématiques sur lesquelles celle-ci devrait se pencher.

Les échanges ont fait émerger, entre autres, les propositions suivantes :

  • La Plateforme Régionale des Femmes devra favoriser une autonomisation des femmes sur la question de la réforme et gouvernance du secteur de la sécurité à travers le renforcement des capacités, la sensibilisation, la promotion de la position d'influence des femmes, les dialogues communautaires, le monitoring, etc. ;
  • Au niveau national, la Plateforme des Femmes devra créer une alliance de lobbying entre les différentes organisations de femmes et une alliance de lobbying entre les organisations de femmes et acteurs du secteur de la sécurité. Ces alliances pourront être mises en place à travers des partages d’expériences en ligne, face à face et des visites d’échanges ;
  • Au niveau régional, la Plateforme des Femmes devra établir des relations durables avec l’Union Africaine, la CEDEAO, la CEMAC, l’ONU, Women Peace and Security Institute du KAIPTC, WANEP, d’autres plateformes féministes régionales (RESPECO), etc. ;
  • La Plateforme des Femmes devra être régie par une charte et être composée deux organes de fonctionnement : un comité consultatif et un comité technique.

Dans cette logique FES PSCC s’est engagée à capitaliser sur les expériences et les recommandations de cet atelier des experts pour mettre en œuvre la Plateforme Régionale des Femmes sur la Réforme et la Gouvernance du Secteur de la Sécurité.

Friedrich-Ebert-Stiftung
Paix et Sécurité Centre de Compétence Afrique Subsaharienne

P.O. Box 15 416
Point E, boulevard de l’Est villa n°30
Dakar - Fann

+221 33 859 20 02

info(at)fes-pscc.org
www.fes-pscc.org

Vers le haut