lundi, 15.10.18 to mardi, 16.10.18 - Ile de Gorée – Dakar, Sénégal

2ème Edition Dialogue du Sahel-Sahara

Les 15 et 16 octobre 2018 sur l'île de Gorée, FES PSCC a tenu la 2ème édition du Dialogue Sahel-Sahara sur le thème "Vers une meilleure coopération régionale pour des réponses inclusives et concertées à l'instabilité sécuritaire au Sahel-Sahara et en Afrique de l'Ouest". La conférence visait à établir un cadre de dialogue et à promouvoir une meilleure coopération entre les pays sahélo-sahariens et les pays de la région MENA afin de développer de nouveaux leviers pour faire face aux menaces sécuritaires et renforcer la sécurité collective dans la région. Ce cadre de réflexion pluridisciplinaire et multiacteurs a réuni des experts, des universitaires et des représentants d'organisations de la société civile ainsi que des chercheurs de diverses institutions nationales, régionales et internationales impliquées dans les questions de sécurité au Sahel-Sahara, en Afrique de l'Ouest et sur le continent.

Photo de famille lors de la conférence.

De la gauche à la droite : Amadou DIONGUE, Dr. Amandine GNANGUENON, SEM. Aboudou Chéaka TOURE et Yéri Alice KAMBIRE.

Il existe un large spectre de facteurs qui influencent et entravent la sécurité et la stabilité en Afrique. Dans la région sahélo-saharienne ainsi qu'en Afrique de l'Ouest, les États sont aux prises avec diverses crises et divers défis qui nuisent à leur sécurité. Entre autres facteurs déstabilisants, le sous-développement, les groupes islamistes radicaux, la criminalité transfrontalière, les conflits liés aux ressources rares, les effets persistants du changement climatique et les conflits politiques, économiques et sociaux non résolus rendent difficiles les moyens de subsistance des personnes vivant sur ces vastes territoires. La fragilité de l'État, la faiblesse des institutions de sécurité ainsi que le trafic d'armes, de drogue et d'êtres humains exacerbent encore les tensions existantes et menacent la cohésion et la stabilité communautaires.

Alors que divers efforts aux niveaux local, national, régional et international ont démontré la nécessité d'assurer la stabilité et une paix durable, les mécanismes et les leviers déployés en conséquence se sont avérés insuffisants et, dans certains cas, inefficaces. En raison de la transnationalité et de l'interdépendance des menaces à la sécurité, il est urgent d'adopter des approches coordonnées et collectives pour s'attaquer aux causes profondes de ces crises afin de renforcer la sécurité collective. Afin d'établir un cadre permanent de dialogue entre les pays du nord et du sud du Sahara et de réfléchir à des mécanismes pertinents et des réponses stratégiques aux différentes crises, FES PSCC a organisé la deuxième édition du Dialogue Sahel-Sahara.

Ainsi, plus de 30 participants de 15 nationalités, praticiens, universitaires, chercheurs et décideurs politiques associés à des groupes de réflexion, des organisations internationales et de la société civile, des forces de sécurité et des institutions publiques d'Afrique et d'Europe se sont réunis sur l'île de Gorée pour réfléchir et débattre des problèmes de sécurité imminents dans la région et promouvoir une meilleure coopération entre les pays.

L'événement a été ouvert par Frédéric Kwady NDECKY, coordinateur du programme "Promotion de la paix et prévention des conflits" de Gorée Institut, dans les locaux duquel la conférence s'est tenue. Cette présentation a été suivie d'une présentation du bureau FES PSCC et les objectifs de la conférence par Holger GRIMM, le directeur du FES PSCC. Une introduction de la thématique par Ouelhadj FERDIOU, Professeur de Relations Internationales à l'Université d'Alger III, a permis de souligner la nécessité de collaborer pour contrer les différentes menaces à la sécurité.

Les travaux de la conférence ont porté sur cinq panels, dont chacun était composé d’un modérateur et de trois intervenants sur les thèmes ci-après :

  • Analyser et mieux comprendre la dynamique de fonctionnement des enjeux contemporains dans la région du Sahel-Sahara pour promouvoir une paix et une stabilité durable dans la région;
  • Quelle coopération transfrontalière entre les Etats du Sahel et du Maghreb face aux défis sécuritaires communs;
  • Défis sécuritaires dans le Bassin du Lac-Tchad : enjeux du risque de globalisation sur la stabilité du Sahel et quelles réponses intégrées pour une sortie de crise;
  • La Réforme et la gouvernance du secteur sécuritaire, un pilier incontournable pour une paix et une stabilité durable au Sahel-Sahara et en Afrique de l’Ouest;
  • Vers une meilleure coopération sahélo-saharienne pour des réponses inclusives face aux défis sécuritaires dans la région et en Afrique de l’Ouest.

Alors que les exposés présentés par les panélistes et les discussions qui ont suivi entre les participants ont porté sur différents sujets et zones géographiques, les participants ont tous reconnu que la nouvelle sécurité est devenue de plus en plus transnationale. Par conséquent, les institutions internationales et spécifiquement africaines ainsi que les États africains devraient mieux coopérer et mutualiser leurs stratégies pour contrer ces menaces. Malgré la diversité des sujets et des participants, tous les groupes sont parvenus aux mêmes conclusions pour améliorer la sécurité collective, y compris les recommandations ci-dessous :

  • La prévention des crises politiques futures exige une approche holistique qui prend en considération les questions économiques, sociaux, environnementales, communautaires et politiques;
  • La lutte contre la pauvreté, le chômage, et les violations des droits humains améliore la sécurité humaine et la résilience de la population face aux crises;
  • Les actions militaires doivent toujours être accompagnées d'un soutien au secteur civil et au développement du pays concerné;
  • Des réformes de l'architecture africaine de paix et de sécurité et des secteurs de la sécurité nationale sont nécessaires pour renforcer leur utilité et leur adaptabilité;
  • Les groupes de consolidation de la paix devraient être plus inclusifs en mettant en vedette à la fois des groupes de femmes et de jeunes;
  • La société civile et les institutions sont la clé d'une transition pacifique.

Friedrich-Ebert-Stiftung
Paix et Sécurité Centre de Compétence Afrique Subsaharienne

P.O. Box 15 416
Point E, boulevard de l’Est villa n°30
Dakar - Fann

+221 33 859 20 02

info(at)fes-pscc.org
www.fes-pscc.org

Vers le haut