31.10.2017

Quelle communication pour lutter contre le djihadisme?

Réfléchir sur les éventuelles stratégies de contre-communication à adopter pour faire face aux réseaux terroristes qui soient en phase avec les technologies de l’information et de la communication, c’est l’objet d’une conférence organisée ce matin à Dakar. En effet, cette rencontre est organisée par le Bureau Paix et Sécurité Centre de Compétence Afrique Subsaharienne de la Fondation Friedrich Ebert. Et c’est autour du thème « Médias, Djihadistes et stratégies de contre-communication » que journalistes, société civile et acteurs étatiques ont échangé.

Selon l’ambassadeur de l’Allemagne au Sénégal, Stephan ROKEN, l’implication des médias dans cette lutte contre le djihadisme est d’une importance capitale dans la mesure où « les médias prennent une place importante dans la lutte contre le terrorisme. Les médias montrent une présence sur le terrain et sont en contact avec les populations locales qui sont la cible. Les médias servent à interpréter et de passer des messages ».

On dit que sans paix et sécurité, il n’y a pas de développement durable. Et si on veut développer une stratégie qui aide la population à vivre dans la paix et la sécurité, « il faut alors donner une réponse dans plusieurs reprises : il faut alors des offres d’emploi pour les jeunes et donner un rôle pour les femmes. Il faut tout cela dans un cadre de paix et de sécurité. C’est la raison pour laquelle la lutte seule, une solution militaire seule ne suffit pas », a-t-il précisé.

Suffisant pour qu’il plaide pour que les gouvernements à plus considérer la presse qui joue un rôle important : « Elle aide à interpréter ce qui se passe et de formuler des réponses. Elle permet à la population locale de comprendre ce qui se passe », a-t-il conclu.

Friedrich-Ebert-Stiftung
Paix et Sécurité Centre de Compétence Afrique Subsaharienne

P.O. Box 15 416
Point E, boulevard de l’Est villa n°30
Dakar - Fann

+221 33 859 20 02

info(at)fes-pscc.org
www.fes-pscc.org

Vers le haut