22.02.2018

Crise en Guinée-Bissau : La Fondation Friedrich Ebert oeuvre pour des solutions de paix et de sécurité définitives

Le Bureau Paix et Sécurité Centre de Compétence Afrique Subsaharienne de la Fondation Friedrich Ebert a tenu, ce jeudi à Dakar, un atelier de présentation de l’étude sur le thème : « Pourquoi les négociations de paix ont-elles échoué en Guinée-Bissau ? Une analyse de l'économie politique de l'Accord de Conakry négocié par la CEDEAO ».

Cet atelier s’inscrit dans l’agenda des activités de la Fondation allemande basée à Dakar dans le but d’attirer l’attention des acteurs influents concernant leurs rôles et leurs responsabilités dans la crise que traverse la Guinée-Bissau. Il s’agit également d’apporter des solutions pouvant mettre un terme à l’instabilité demeurant en Guinée-Bissau pour le retour de la paix et de la quiétude.

De l’avis du Professeur Carlos Cardoso directeur centre d’études sociales Amilcar Cabral de la Guinée-Bissau, l’accord de Conakry qui est un instrument imparfait, découle de la volonté des politiques de s’asseoir autour d’une table pour discuter des points de convergence et de divergence. Il suffit, selon M. Cardoso, de respecter cet accord qui est une solution que les politiques eux-mêmes ont jugé utile pour sortir la Guinée-Bissau de cette impasse, cette profonde crise.

Cependant, dixit-il, ces divergences peuvent être dépassées à condition que les politiques mettent au devant l’intérêt du pays. M. Carlos Cardoso pense aussi que, si cette crise persiste, il y aurait peu de chances que la Guinée-Bissau devienne un pays civilisé, prospère et capable de satisfaire les besoins de la population. Il faudrait tout faire pour ne pas tomber dans le piège de ces politiques.

De son côté, M. David Bongwele Conseiller politique principal au Bureau Intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (BINUGBIS) estime que les négociations du 14 Octobre 2016 n’ont pas échoué. Car, dit-il, le processus de médiation a eu comme résultat un accord. Aujourd’hui, celui-ci semble être bloqué. Il n’est pas mis en oeuvre. Toutefois, reconnaît-il, il est clair qu’il y’a eu blocage et des obstacles ont été notés. C’est la raison pour laquelle la CEDEAO a décidé d’adopter des sanctions.

Pour rappel, le Bureau Paix et Sécurité Centre de Compétence Afrique Subsaharienne de la Fondation Friedrich Ebert a pour ambition de proposer suite aux réflexions de nouvelles approches de la sécurité collective en Guinée-Bissau avec la participation des acteurs étatiques, des services de sécurité et de défense, des acteurs non étatiques et des institutions internationales et régionales concernées.

Friedrich-Ebert-Stiftung
Paix et Sécurité Centre de Compétence Afrique Subsaharienne

P.O. Box 15 416
Point E, boulevard de l’Est villa n°30
Dakar - Fann

+221 33 859 20 02

info(at)fes-pscc.org
www.fes-pscc.org

Vers le haut